Exposition jusqu'au 31 mai

La collection permanente de la tour d’Anhaive présentée lors de l’absence d’exposition thématique offre plusieurs aperçus de l’histoire de Jambes à travers une sélection d’artefacts allant de la préhistoire à l’époque contemporaine.

Notre patrimoine est riche à différents niveaux. La Tour d'Anhaive vous propose d'en découvrir ses multiples aspects


La porcelaine à Jambes

À deux pas de la gare de Jambes, une manufacture de porcelaine active dans la première moitié du XXe siècle a produit des pièces usuelles jusqu’à des services de luxe destinés à l’exportation. Elle a occupé à un moment de son histoire plus de cent personnes, ce qui n’est pas négligeable.

Porcelaine de Jambes

Les verreries jamboises

Jambes a connu un passé verrier. Plusieurs verreries se sont implantées au XIXe siècle sur le territoire de Jambes.

La plus importante, la Société L. Zoude et Cie fut fondée en 1851. Cette usine fut en 1879 et ce jusqu’à sa fermeture en 1934 sous la dépendance du Val Saint Lambert.

En 1871, une « verrerie simple » s’établit le long de la route de Namur à Liège. A peine installée, la verrerie prospéra et fut ensuite transférée à Chênée.

En 1901, une société française construit à Jambes une verrerie située à la limite du chemin de fer Namur-Dinant-Givet, au lieu-dit « Champ Baivy ». Fabricant des cylindres, socles, vases, cristaux et autres articles, l’usine fut rapidement mise en vente, suite à une expropriation forcée.

La Sté Anonyme des Verreries de la Meuse s’installera au pied de la montagne Sainte-Barbe début 1877. Celle-ci prévoyait la fabrication de creusets de verreries, des verres, de la gobeleterie et la fabrication de produits réfractaires. En 1904, quelques 300 ouvriers furent recensés.

Dans les années 1920, toutes les verreries connurent la crise économique. 1931 verra la fermeture de la Sté Anonyme des Verreries de la Meuse.

Verreries jamboises